AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
 
 
 
 


Partagez | 
 

 Mon meilleur ennemi.. ( Antonio Salieri / Wolfgang A. Mozart / Rose De Paix )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Antonio Salieri




MessageSujet: Mon meilleur ennemi.. ( Antonio Salieri / Wolfgang A. Mozart / Rose De Paix )   Mer 8 Fév - 1:42

Plongé dans l'acharnement de perfection pour son travail, Antonio n'avait eu cesse de penser à l'ouverture de son nouvel opéra. "Il sera grandiose monsieur, digne d'une poésie venant d'Italie.. " avait-t-il promis à l'Archiduc. Les personnages, les décors, les costumes, tout devrait être parfait. La plume glissait sur le papier tandis que Salieri commençait à mettre à l'écrit quelques scènes de son futur ouvrage. Il en était persuadé, cet opéra lui donnera les clés de la gloire éternelle. Le petit démon n'est jamais très loin, mais l'Archiduc semble plus en confiance avec celui qui lui a tout apprit. "Un de mes meilleurs opéras " Songea-t-il en griffonnant le papier en vitesse. Les personnages étaient innovateurs, quant à la musique elle ne serait que trop parfaite. "acte II : scène 3" , .."Do mineur".. les mots allaient ici et là dans l'esprit du compositeur qui semblait oublier le temps à chaque note posée sur le papier. . D'après son récit à l'Archiduc il avait conclut l'histoire de ce dernier avec brio et racontait ceci:

' Une étoile ...,
tombée par accident sur terre en forme humaine , elle est découverte par un médiocre violoniste qui s'empresse de prendre soin d'elle. Il lui apprend alors à chanter en échange de quoi elle lui faisait profiter de sa lumière céleste. Amoureux de l'étoile le musicien cache sa précieuse du reste du monde lui faisant croire à trop de cruauté venant du monde extérieur. Ainsi .. chaque soir, il retrouvait l'étoile en lui composant de nouvelles chansons témoignant indirectement l'amour qu'il lui portait.. Hélas un jour l'étoile vient à être découverte et les habitants dénoncent cette femme comme une "sorcière"pour sa lumière et tant de beauté. Voyant la réalité des paroles du violoniste s'incarner , l'étoile perd de sa lumière et meurt lentement tandis que celui-ci lui avoue son amour en sanglots dans ses bras.'

L'histoire était innovatrice, .. mais il devait toute cette inspiration à sa muse. Katarina Cavalieri voudrait sûrement le rôle mais il avait toujours songé à confier cela à son adorée. Elle seule serait incarnée l'étoile comme jamais.. l'histoire rappelant une certaine réalité à Salieri qui espérait un jour pouvoir contrôler cette fin tragique. Enfin .., l'espoir fait vivre nous a-t-on dit. Malheureusement le talent maudit du jeune Mozart ne devait en aucun cas venir détruire tout ce travail . Ce phœnix vicieux, envoyé par Dieu ne devra jamais connaître son opéra avant sa mise en scène finale. "Le diable incarné en un garçonnet prétentieux et pourvu du talent de l'enfer !" songea Salieri . Comblé par l'inspiration du soir, il continua son ouvrage assit sur le siège des musiciens de l'orchestre gardant un œil perdu sur l'horloge. La scène vide , Salieri ferma les yeux imaginant sa muse chanter pour lui cette même mélodie qu'il lui composait avec passion. Perdu dans ses rêves, Antonio eut presque du mal à ouvrir les yeux pour revenir dans le monde réel.. Lorsqu'il le fit alors, un spectacle d'horreur s'offrit à lui. La créature était là , devant lui .. celui dont le nom répugnait autant que son génie lui faisait face..

"Bonsoir Herr Mozart.. "

Dit-il poliment en cachant quelques partitions. La créature s'avançait tandis que Salieri resta plongé dans l'amertume de sa visite... Le regard et le sourire d'apparence amicale, Salieri se redressa avec élégance attendant alors les premiers mots du trouble paix ..




"Il y a deux choses auxquelles il faut se faire sous peine de trouver la vie insupportable : ce sont les injures du temps et les injustices des hommes.. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolfgang A. Mozart




MessageSujet: Re: Mon meilleur ennemi.. ( Antonio Salieri / Wolfgang A. Mozart / Rose De Paix )   Ven 10 Fév - 1:12

Piano Concerto n°21 andante
Mesure, notes, blanches, la si mi do sol, descente dans les graves et tourbillons de mélodie. Il balançait sa tête doucement, souriait. Oui oui, c'était ça. Puis après la gamme, hop ! son doigt se leva dans les airs pour marquer l'envolée. L'harmonie était là. Au détour de cette douce remontée, légère et fine, la symbiose. Il gloussa, c'était juste ce qu'il lui fallait. Comme c'était... parfait. Il n'aurait plus qu'à écrire tout cela en rentrant. Il ne s'inquiétait pas, les notes attendraient gentiment qu'il les fasse glisser jusqu'au papier. Il ne manquait plus maintenant que des traits et des points sur une partition... Une futilité. Pour l'heure il devait se préoccuper d'autre chose. L'opéra que lui avait commandé l'empereur bouillonnait dans son esprit, qui n'était plus qu'épice, turban... Sérail. Mais pas des images, oubliez-les, les images chez lui cela n'existait pas, ou pas dans ces moments là. Non c'était bien sûr de la musique, la légèreté, le sautillement d'une nuit d'Arabie, le chatouillement de fragrances étrangères qu'il n'avait jamais vu jamais senti, mais qu'il entendait à la perfection. Une perfection qu'il aimait déjà. Mozart se frotta distraitement le bras alors qu'une angoisse émergeait en lui. Et les autres ? Allaient-ils aimer ? Et l'Archiduc ? Le premier opéra en allemand... Et c'était lui qui en serait... en était le compositeur. Oh pourvu qu'ils aiment, Wolfgang avait un désir fou de satisfaire ceux qui l'entourait. Tous autant qu'ils étaient. Tout les enfants de Dieu sans aucune exception.

Il poussa une lourde porte de chêne qu'il referma sur la douce chaleur de l'été Viennois. Le jeune homme claqua ses talons contre le sol pour en retirer la poussière, ôta son chapeau et ébouriffa ses cheveux. Puis il s'avança dans les couloirs de l'opéra tout en sifflotant le final qu'il écrirait le soir même sur ses feuilles de papier. Il n'avait pas encore très bien décidé de la manière dont il placerait les musiciens sur scène, et venait y réfléchir rapidement. Ce serait une chose rapide à faire, rien de bien compliqué. Il aurait même pu le faire à la répétition qui se déroulerait le lendemain, mais il avait été pris d'une envie de promenade. Il faisait beau, chaud, un temps propice aux déambulations du corps et de l'esprit, à l'ouverture musicale. Enfin... Le petit détour qu'il avait fait chez le perruquier n'était pas non plus totalement innocent dans cette histoire de promenade... Et il fallait le reconnaître, la petite dérive chez le tailleur avait été nécessaire, indispensable même. Cospetto di Bacco ! Il le fallait bien non ? Quand on entrait au service de Joseph, même pour un simple opéra, et bien il fallait savoir se tenir et s'habiller. Et puis Wolfgang avait malheureusement toujours été habitué à un train de vie qui se situait largement au-dessus de ses moyens, train de vie qu'il était forcé de suivre désormais s'il voulait pouvoir paraître à la cour, comme il l'avait toujours fait. Le petit homme était donc d'une élégance, extravagante certes, mais irréprochable lorsqu'il apparaissait aux yeux du monde. Mozart avait du goût en musique mais aussi en esthétique vestimentaire, et cela se voyait.

Une nouvelle porte s'ouvrit devant lui et il pénétra dans la grande salle tapissée de rouge, baignée d'or. Bon... Il porta son regard sur cette immense espace et sourit d'un air naïf. C'était joli quand même. Sa musique rendrait tout ça sublime. Il s'avança doucement entre les allées, porta son regard jusqu'à la scène. Ah ? Il y avait quelqu'un. Wolfgang continua sa route et fini par reconnaître le compositeur de la cour -il pouffa en pensant à ce titre pompeux- et sourit à celui-ci lorsqu'il releva le regard vers lui et le salua.

-Buonasera signor Salieri, fit-il dans un sourire sincère.

Cet homme était... sympathique. Fort sympathique même. Et puis il connaissait son nom depuis longtemps. Un bougon que cet homme là, mais enfin... Sa musique n'était pas trop mauvaise et il était gentil, indulgent avec lui, nouvel artiste arrivé à la cour.

-Je ne voulais pas déranger... Oh !

Il avait haussé un sourcil en posant vaguement ses yeux sur la petite table. Les gestes d'Antonio pour dissimuler son travail n'avait fait qu'attirer le regard de Wolfgang.

-Vous composez ?


Un véritable intérêt s'était levé dans sa voix et il regardait avidement le maestro, la lueur musicale brillant au fond de ses yeux bleus.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rose De Paix




MessageSujet: Re: Mon meilleur ennemi.. ( Antonio Salieri / Wolfgang A. Mozart / Rose De Paix )   Sam 11 Fév - 1:16


" ROSE SING.."

Bercée par la jolie lumière parcourant les murs de l'opéra . Rose marchait pourvue de sa douceur naturelle et des fleurs blanches dans les cheveux. Il était assez tard... mais elle aimait se sentir libre sans la présence d'autrui. Respirant, allant, sans but bien précis, elle s'aventura finalement dans la salle des répétitions avec une certaine admiration pour l'architecture. Les statues, les tapisseries, tout n'était que trop grande perfection . Elle était émerveillée, le sourire sur son visage le prouvait facilement. S'avançant jusqu'au petit piano, elle se mit à caresser doucement les touches du bout des doigts avant de regarder une fois de plus autour d'elle tristement. L'opéra de Vienne était sublime , source d'évasion sans principes et demeurait aussi le seul endroit ou Rose se sentait le plus épanouie... Étant condamnée depuis l'enfance à son rôle de marquise, elle tenait une réputation de femme modèle à son plus grand regret. Rose était modeste et aimait les personnes franche puisqu'elle n'avait jamais la possibilité de l'être. En public, Rose avait toujours été très silencieuse préférant sans doute laisser les ragots à ceux qui en avait le temps. La mort de son père avait été une chose terrible pour elle, aussi elle avait toujours promis de respecter les choix et volontés de sa mère pour laquelle elle n'était que trop dévouée. Certes, la jeune marquise était sage néanmoins, elle appréciait les personnes avec du cœur. Chose qui hélas se faisait assez rare à la cour... Plongée dans ses pensées, la jeune fille marcha alors devant un pupitre vide, regardant devant elle avec espoir. Il y avait bien longtemps quelle rêvait de chanter dans un opéra aussi, elle se demanda si cela ne serait pas sa seule et unique chance de le faire. Hésitante, Rose tourna son regard derrière elle avant de finalement reprendre une grande inspiration. Cela n'était pas des choses à faire, mais elle en avait toujours éprouvée le besoin. Comment pourrait t-elle avoir une autre chance de le faire sans être remarquée par la cour ? La passion du chant de Rose était un secret.. et un secret qu'elle n'aimait partagée qu'avec son modèle le signor compositeur de la cour Salieri. C'était un homme trop faussement jugé selon elle, et comme elle était pourvue d'une sympathie sans fin avait souvent tentée d'arrêter les mauvaises langues sans beaucoup de succès..

Reprenant son souffle elle se rappela des quelques conseils que lui avait donné ce dernier avant de commencer à chanter quelques gammes. La salle offrait un effet sonore parfait, digne d'un écho des anges aussi Rose préféra moduler sa voix de manière un peu moins extravagante en gardant un peu de magie dans son interprétation. Cela ne dura que quelques minutes et pourtant Rose aurait souhaitée ne jamais s'arrêter.. Elle avait touchée son rêve et en était comblé...Terminant sa chanson en douceur, elle reprit un souffle léger tout en regardant le piano qui lui paru comme différent . Finalement interpellée par un bruit de pas venant à elle .., Rose se retourna lentement. Devant elle , la marquise pu reconnaitre avec une certaine honte le compositeur Wolfgang Amadeus. Mozart un jeune homme qu'elle avait appris à connaitre dans les livres et par les direst de son talent au combien parfait. Surprise et gênée elle remarqua aussi la présence du signor Salieri caché derrière le jeune homme. Tremblante et timide, Rose baissa aussitôt son regard comme apeurée pour redevenir "marquise". Se redressant comme un petit ange, elle s'inclina poliment puis resta immobile effrayée..

" Herren."

Dit-t-elle d'une voix subtile. Elle avait honte, mais tentait dignement de ne pas le montrer. Rose avait appris à cacher sa peur par l'apprentissage de l'étiquette, mais dans cette situation elle n'avait pas le choix. Croisant le regard du jeune Mozart elle s'autorisa un infime sourire . Que pouvaient-ils penser d'elle désormais ? Étant une personne très sensible, Rose eu bien de la peine à conserver ses larmes . Ce surplus de sensibilités étant apparue après la mort tragique de son père, il arrivait donc que la jeune marquise soit très vite éprise de chagrin inexplicable. Ici cependant elle y arriva courageusement. Sans doute voulu par la présence de Salieri... Reprenant l'étiquette devant le directeur de l'opéra elle cacha de nouveau son regard angélique pour avouer ..

"Pardonnez ma conduite si singulière Signor Salieri , j'aurais du manifestée ma présence"..

Dit-t-elle en tremblant. Salieri était son modèle qu'arriverait-il si elle devait le décevoir ? Frissonnante d'angoisse elle resta sans le regarder craignant sans doute un rejet de sa part. Figée, elle attendit , trouvant rassurant le regard du jeune homme à ses côtés...




Mademoiselle Rose


Dernière édition par Rose De Paix le Mer 28 Mar - 23:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://versaillesrpg.forumgratuit.org
Antonio Salieri




MessageSujet: Re: Mon meilleur ennemi.. ( Antonio Salieri / Wolfgang A. Mozart / Rose De Paix )   Lun 13 Fév - 1:18

"Buonasera signor Salieri , ....Je ne voulais pas déranger... Oh !"

Lança joyeusement la créature en s'avançant. Il avait une allure d'enfant, un enfant capricieux que Salieri aurait aimer punir au plus vite . Des petits yeux malicieux... un rire et un sourire gravé dans l'esprit . Bref, il était ni plus ni moins que pathétique aux yeux du compositeur. Il était si jeune que le talent dont il faisait preuve ne pouvait être qu'une ruse venant de Dieu. Il fallait l'admettre, Salieri aimait sa musique. Un élan de beauté selon lui, mais son éducation était à revoir. Mozart était doué même si Salieri avait beaucoup de peine à l'avouer. Son génie n'était néanmoins pas le destin ! et cela Antonio le répugnait. Il était l'espion de Dieu venu pour tester Salieri sur son talent. "Il n'en fera rien" se dit-t-il alors en regardant de haut le jeune homme. S'autorisant un sourire peu visible, Salieri posa ses partitions en tentant sans grand succès de lui faire oublier ses ouvrages. L'allure distingué il plaça ses mains derrières son dos et se retira du petit bureau. Il était toujours intrigué aux grands malheurs de Salieri qui mettait pourtant du cœur à ce qu'il ne voit rien de ses travaux. La mine rustre, il avança près du piano entre deux déceptions. Il était hors de question que Mozart découvre cet opéra ! Mettant de l'ardeur à cela il toussota légèrement attirant ainsi le regard du virtuose qui regardait toujours les partitions. Affichant un sourire rayonnant , Salieri revint vers lui profitant d'un instants d'ignorance du garçonnet pour attraper quelques papiers . La créature était attentive , et ne quittait pas des yeux les précieux papiers que tenait Salieri. Continuant son allure fausse, ce dernier estompa son sourire et regarda autour de lui avec mépris..

"Vous composez ?"

Demanda l'enfant avec intérêt. Il était trop tard pour pouvoir cacher la vérité au monstre, mais Salieri eu alors une idée des plus brillantse. S'il devait être bien un jour au courant de l'ouverture de son prochain opéra, Salieri ne voulait en revanche pas lui donner la chance de critiquer sa musique ouvertement, aussi valait-il mieux rusé.. Il sortit une de ses compositions autres à son opéra et la donna à Mozart l'air attentif sans quitter son visage des yeux . La partition était médiocre réalisée il y à des années avec un apprenti sans talent et Salieri savait que ceci suffirait à faire sortir la "bête"qui demandait perfection du jeune homme. Le regard légèrement répugnant envers Mozart, il attendit

"Quand pensez-vous mein Herr ..?"

Demanda-t-il avec prestance. Satisfait.. , il attendit les critiques le regard ailleurs. Le garçon parcourait le papier tandis que Salieri eut une envie soudaine de rire. Il savait combien les notes de ce papier étaient fausses et le jeune Mozart serait sûrement tout aussi d'accord avec lui sur ce point. Salieri n'aurait aucune déception ce soir. La lumière légère, il oublia un instant la présence du jeune homme pour retourner à son bureau tandis qu'il observait l'affreuse partitions. Posant une main près de sa plume, il s'apprêtait à écrire lorsque un son mélodieux parvint à ses oreilles. Restant un peu plus attentif , il se leva regardant le jeune garçon comme pour avoir une explication. La mélodie était d'une beauté perturbante et Salieri cru d'abord qu'il s'agissait d'une voix divine ou d'un piège de ce rat prétentieux qui lui faisait face. Avançant plus prêt du musicien il distingua un chant plus précis et pu même en savourer quelques paroles somptueuses.. La chanson parlait d'amour, il sentait ceci l'envahir en l'écoutant.. Comme un frissons de froid passant de manière inexplicable à une chaleur intense..
.
" Entendez-vous ?"

Demanda-t-il . Salieri comparait ce son à la voix d'un ange, restait à savoir de quel ange il pouvait s'agir ? Un ange démoniaque ? .. ou un ange de dieux..




"Il y a deux choses auxquelles il faut se faire sous peine de trouver la vie insupportable : ce sont les injures du temps et les injustices des hommes.. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mon meilleur ennemi.. ( Antonio Salieri / Wolfgang A. Mozart / Rose De Paix )   Aujourd'hui à 18:00

Revenir en haut Aller en bas
 
Mon meilleur ennemi.. ( Antonio Salieri / Wolfgang A. Mozart / Rose De Paix )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Wolfgang Amadeus Mozart [Validée]
» Mon meilleur ennemi [PV Merlin]
» Le meilleur ennemi du chat.
» « Petit Piment qui enflamme les coeurs.» [PV Salieri Antonio & Lucie Carera]
» Antonio Cassano || Milan AC

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
* Versailles : Le Baiser volé :: A Vienne :: L'OPÉRA-
Sauter vers: